Dans le même numéro

Réinvestir dans le logement social

janvier 2012

#Divers

La question du logement social ne peut être débattue en faisant abstraction du contexte politique et économique dans lequel elle se pose. Ces trente dernières années, les politiques sociales ont été financées par la dette. Pour les années à venir, on ne sait pas comment elles le seront. Il faut désormais beaucoup d’optimisme pour croire que les perspectives économiques vont s’améliorer à court ou moyen terme. A fortiori, les nouveaux crédits réclamés pour affronter la crise du logement ne seront pas trouvés. C’est dans ce cadre étroit qu’il nous faut penser le renouveau du logement social. L’heure est au redéploiement des moyens publics. Des approches alternatives doivent s’imposer.

Agir sur le foncier

Le prix du logement se décompose en trois postes principaux : le prix du foncier, celui de la construction et celui des matériaux. Il est possible d’agir sur les trois leviers. Le foncier tout d’abord. Nous avons besoin de susciter de nouvelles opérations immobilières. Or, les pouvoirs publics peuvent, par des modifications réglementaires, dégager de nouvelles opportunités. Cependant, on sait, grâce à l’économiste Vincent Renard, que la valeur d’un terrain se calcule en procédant à partir de sa capacité constructive, en déduisant ensuite les divers coûts d’opération. Il

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !