Dans le même numéro

Tolérer les extrêmes

octobre 2015

#Divers

Face aux attentats terroristes, les démocraties occidentales sont tentées de restreindre la liberté d’expression. Il y a pourtant de bonnes raisons de penser que les censures échouent à faire reculer les extrémismes, voire qu’elles contribuent à radicaliser les discours. Si l’on veut apaiser les tensions et résister à la montée des extrêmes, la tolérance reste la meilleure stratégie.

Si l’attentat contre les journalistes de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015 à Paris, a été perçu comme une attaque contre la liberté d’expression elle-même, il a paradoxalement aussi contribué à renforcer les législations limitant l’exercice de cette même liberté. Le principal motif serait que les terroristes se nourrissent des idées extrémistes véhiculées dans la société par des discours de haine et des représentations qui stigmatisent des minorités. La tolérance à l’égard de ces représentations et de ces discours créerait un climat propice à la radicalisation et au passage à l’acte criminel. Au-delà de la protection de la dignité des personnes, c’est avant tout la paix civile qui est en jeu. Partageant les craintes de l’État français que les opinions haineuses contribuent au passage à l’acte, d’autres pays comme le Canada, en particulier la

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !