Dans le même numéro

Le tirage au sort en politique

août/sept. 2011

#Divers

Largement utilisé dans les démocraties anciennes, le tirage au sort a été marginalisé à l’âge moderne. Pourtant, l’intérêt nouveau pour les procédures de démocratie participative ou les jurys citoyens remet cette idée au goût du jour. À quelles conditions le recours à cette méthode de sélection et de choix peut-il être utile pour renouveler nos prises de décisions politiques ?

Le tirage au sort a été massivement utilisé pour désigner les titulaires de fonctions politiques dans l’Athènes antique et dans les républiques italiennes de la fin du Moyen Âge. Son usage aujourd’hui est quasiment limité à la désignation des jurys dans certaines procédures judiciaires, une pratique qui remonte à 1682, quand furent combinés, en Caroline du Sud, le tirage au sort tel qu’il était préconisé par Harrington, théoricien républicain du xviie siècle, et la forme anglo-scandinave du jury1.

Dans sa campagne présidentielle de 2007, Ségolène Royal, en inscrivant des jurys de citoyens dans son programme, a introduit quelque chose d’insolite, tant l’idée de recourir au tirage au sort fait dés

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !