Dans le même numéro

Élaboration d'une revue

mars/avril 2017

#Divers

De 1926 à 1936 puis de 1940 à 1942, Emmanuel Mounier (1905-1950) a rédigé des « entretiens » – transcriptions sur le vif ou de mémoire des rencontres auxquelles il participait. Ces comptes rendus, écrits parallèlement à son activité d’étudiant puis de directeur de revue, lui permirent, à des moments clés de son existence, de juger de l’opportunité de cultiver telle ou telle relation, de suivre telle ou telle voie, de sorte qu’ils constituent aussi de véritables dialogues avec lui-même.

Les Entretiens sont d’une valeur exceptionnelle pour qui désire mieux cerner la personnalité et l’action de Mounier. Ils le sont également pour qui s’intéresse à l’effervescence des années 1920-19401. Soucieux de comprendre son temps, Mounier est allé à la rencontre de toutes sortes de milieux en Europe, mais surtout en France qu’il parcourt de long en large. Il y croise les intellectuels les plus en vue dans les cercles de Jacques Chevalier, Jacques Maritain, Nicolas Berdiaeff, puis ceux qu’il regroupe lui-même autour d’ Esprit. Philosophes, écrivains, théologiens, historiens, éditeurs, politiques, ecclésiastiques, ou simples témoins, nombreux, arrachés à l’ano

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Emmanuel Mounier

(1905-1950) Né à Grenoble le 1er avril 1905 de parents modestes d’ascendance paysanne et fervents chrétiens, il fait des études de philosophie marquées par l’enseignement et l’amitié de Jacques Chevalier (1924-1927), dont il tient un temps le secrétariat. Il s’agrège au « groupe de travail en commun » formé autour du philosophe catholique, subventionné par le Lyonnais Victor Carlhian et animé…

Dans le même numéro

Malgré ses prouesses, la technique présente des coûts humains, sociaux et écologiques démesurés. Grande pourvoyeuse de solutions, elle est devenue elle-même le problème, qui ne pourra être résolu de façon technique. C’est en effet de nous qu’il faut attendre un changement.