Dans le même numéro

L'Europe contre l'Europe

juin 2009

#Divers

La campagne européenne pour les élections européennes aura été morose. Les partis se sont beaucoup repliés sur les enjeux nationaux. Les médias ont fait le service minimum démocratique. Les citoyens ne se sont guère passionnés.

Pourquoi ? C’est que la campagne reflète l’état actuel de l’Union européenne, la toile de fond européenne – dépressif. L’Europe traverse une crise profonde.

Certes, ce n’est pas nouveau. L’histoire de l’Europe n’est qu’une longue série de crises. Europessimisme, eurosclérose, euroscepticisme. Crise des institutions, crise du projet, crise des frontières. Crise de la chaise vide, crise agricole, crise de l’euro… L’Europe a fabriqué pour désigner ses difficultés une palette linguistique presque aussi large que les Inuits pour décrire la neige.

Mais la crise actuelle de l’Europe est différente de toutes les précédentes. Elle traduit la bataille qui se noue, depuis le début des années 1990, autour du changement de nature de la construction européenne : la transition de l’Europe économique d’hier à l’Europe

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !