Dans le même numéro

Chris Marker, poète des « essais cinématographiques »

octobre 2012

#Divers

Le rôle joué par Chris Marker dans la culture française de la seconde moitié du xxe siècle, apparemment secondaire et isolé (entre autres parce que Marker se cachait au lieu de se montrer), se révèle aujourd’hui central.

Il a été photographe et metteur en scène au cinéma, graphiste et éditeur, journaliste et écrivain, explorateur de mondes et de cultures lointains, et, de manière toujours cohérente, révolutionnaire perpétuel, qui mettait dans toutes ses initiatives, dans tous ses travaux, le feu de la conviction, et une certaine idée du service (la culture au service du peuple et de son émancipation, de son savoir) issue du meilleur de la tradition socialiste et étrangère aux parodies que furent le stalinisme et le maoïsme. Sur le plan politique, il s’inscrit dans une tradition bien française, aujourd’hui encore existante et active, que l’on pourrait nommer, appellation très générale, le post-trotskisme.

Voici, de mémoire, certaines de ses nombreuses activités : son travail éditorial au Seuil (l’éditeur le plus radical de la place de Paris dans les années 1950 et 1960), à travers la conception graphique de collections

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !