Dans le même numéro

Utiliser le hasard contre la confiscation du pouvoir (entretien)

août/sept. 2011

#Divers

Le renouveau récent des réflexions sur le tirage au sort vient en partie du débat sur la justice : quelle est la juste distribution des biens rares ? L’utilisation mesurée du hasard s’applique ainsi aux politiques sociales. Il permet de mettre des choix de justice sociale à l’abri des pressions oligarchiques ou de corriger les préférences liées au mérite.

Esprit – Quelle est l’origine de votre intérêt pour le tirage au sort dans son usage politique et social ? Ce thème était-il étudié quand vous avez décidé d’écrire Justice by Lottery1 ?

Barbara Goodwin – La source de mon intérêt pour cette question fut une nouvelle de Jose-Luis Borges, « La loterie à Babylone », qui décrit une Babylone antique imaginaire dans laquelle une loterie universelle s’appliquait à tous, riches et pauvres. Pour rendre la chose plus palpitante, la « compagnie » qui organise la loterie se met à émettre des tickets attribuant autant de peines que de lots favorables. La compagnie en arrive à n’émettre plus que des tickets déterminant entièrement la vie et la position des gens pendant toute

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !