Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Engrenage moléculaire issu d’une simulation de la NASA
Dans le même numéro

L'éthique des nanotechnologies

mars/avril 2017

#Divers

Dans ce qui a longtemps été le premier ouvrage de langue française intitulé Philosophie de la technique, Jean-Yves Goffi fait le constat suivant : alors que la pensée technique, depuis Platon et jusqu’à tout récemment, s’était toujours développée selon trois axes simultanément – une ontologie de la technique, une anthropologie de la technique, une évaluation des techniques –, « Ce qui caractérise les philosophies contemporaines, c’est un relatif éclatement de cette démarche, peut-être dû à la complexité inédite du phénomène technicien. Les approches évaluatives, anthropologiques et ontologiques sont souvent dissociées : rares sont les philosophies unitaires de la technique, alors que Comte était encore capable d’une vue systématique1. »

La façon dont les nanotechnologies sont devenues matière à réflexion philosophique, au début des années 2000, corrobore ce diagnostic. C’est en effet essentiellement sous l’angle de l’évaluation éthique que celles-ci ont commencé d’être mises en discussion – les considérations de type ontologique et anthropologique ayant été, non pas complètement ignorées certes (pensons en particulier, pour l’anthropologie, aux débats très conflictuels sur l’amélioration de l’humain –

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !