Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Comment lutter contre le trafic sans exposer les civils à la violence ?

août/sept. 2012

#Divers

La lutte tous azimuts contre les cartels de la drogue a contribué à diffuser la violence en émiettant les gangs et en les poussant à s’installer sur de nouveaux territoires. La lutte contre le trafic est donc directement responsable de l’explosion de la violence qui touche les civils. Peut-on donc imaginer une autre stratégie, ciblée d’abord sur la réduction de la violence, pour épargner les civils et ne pas affaiblir leur soutien aux institutions qui échappent à la corruption ?

Quatre ans et demi de guerre contre le crime organisé. Plus de 40 000 morts et une augmentation continue de la violence. Le gouvernement fédéral mexicain, avec l’appui des services de renseignements américains, arrête et liquide d’importants chefs des cartels de la drogue, ce qui divise les cartels et facilite l’apparition de nouvelles organisations criminelles, plus petites. De cette manière, le gouvernement fédéral atteint son but : « démanteler » les cartels. Toutefois, cette fragmentation des principales organisations étend la violence à de nouvelles communes. Avec la violence croît la délinquance : l’extorsion, le kidnapping, la traite d’êtres humains, le narcomenudeo (petit trafic de drogues), le vol de voitures et le braquage des banques.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !