Dans le même numéro

Enseignement supérieur, recherche, innovation. Quels acteurs?

décembre 2007

#Divers

Si la France soutient sa recherche de manière assez analogue à ses principaux partenaires, elle se distingue par le maigre profit qu’elle en retire. Pour lutter contre la relative dégradation de sa capacité d’innovation, il ne suffit pas d’en appeler à un surcroît de financement public. En effet, la particularité française réside dans la faiblesse de sa recherche privée. C’est donc sur l’organisation générale de la recherche et sur les liens entre le public et le privé qu’il faut s’interroger.

L’importance démocratique et économique de l’enseignement supérieur et de la recherche est aujourd’hui pleinement reconnue. En effet, si l’on attend toujours du monde académique qu’il forme les esprits et qu’il nourrisse le progrès des connaissances, il reçoit désormais un surcroît d’attention en raison de la prise de conscience du rôle du capital humain et de l’innovation technologique comme facteurs clés de la réussite d’une économie dans le monde contemporain.

Or, les déboires de notre commerce extérieur ainsi que la difficulté à tirer parti de la forte croissance mondiale ont remis au premier plan les interrogations sur la compétitivité de l�

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements

par GUILLAUME Henri


par Macron Emmanuel


Assistant de Paul Ricoeur à la fin des années 1990, il a notamment contribué au dossier d'Esprit sur l'histoire et la mémoire ("Les historiens et le travail de mémoire", août 2000) à partir de ses travaux sur La mémoire, l'histoire, l'oubli, ainsi qu'au dossier "Universités, vers quelle autonomie?" (décembre 2007). Emmanuel Macron...

Dans le même numéro