Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Vieillir en métropole

juin 2009

#Divers

Le double mouvement de vieillissement de la population et de concentration démographique dans les zones urbaines change la physionomie de nos métropoles et remet en cause leur organisation. Plus de 80 % de la population française sera urbaine en 2020, et un tiers de cette population aura plus de 60 ans en 2035, avec une multiplication par deux des plus de 80 ans. Une population plus âgée et plus urbaine donc, elle-même très hétérogène (troisième et quatrième âges, seniors traditionnels ou fragilisés, boomers bohèmes…), mais chez laquelle on observe tout de même des constantes : une mobilité résidentielle moins forte que celle du reste de la population, des besoins médicaux plus importants, un attachement au commerce de proximité, etc.

On vieillira donc demain plutôt en métropole, et dans des bâtiments de plus en plus « intelligents » – donc de plus en plus longtemps chez soi. Sur le plan économique et écologique, ce phénomène est une bonne nouvelle si l’on considère les coûts (internalisés) particulièrement élevés du maintien à domicile dans les zones rurales pour des générations qui, à la différence de celles qui les ont précédées, consomment, se déplacent, se chauffent, etc. en fonction de standards urbains. On sait aujourd’hui que les émissions de gaz à effet de serre dans des vi

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !