Dans le même numéro

Dieu et l'absolu : une question toujours actuelle. Entretien

janvier 2013

#Divers

Philosophie et théologie ont longtemps partagé la question de Dieu. Si la « fin de la métaphysique » et la proclamation de la finitude de l’homme ont pu laisser croire que Dieu avait été « renvoyé dans les sacristies », il n’en est rien, et ce n’est d’ailleurs pas souhaitable. La philosophie continue d’explorer l’absolu, et l’idée de Dieu perdure dans les interrogations contemporaines.

Esprit – Votre dernier livre1 se place sous les auspices d’une citation de Merleau-Ponty : « La philosophie consiste à donner un autre nom à ce qui a été longtemps cristallisé sous le nom de Dieu. » Est-ce à dire que la théologie demeure un axe central de la philosophie moderne ? Y a-t-il, selon vous, quelque chose d’inévitable à ce que la philosophie rencontre la question de l’absolu ?

Mon interrogation porte sur le lien pluriséculaire que la philosophie occidentale a noué entre la question philosophique de Dieu et l’interrogation sur « l’être en tant qu’être2 ».

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !