Dans le même numéro

Budapest en flammes

Écrit sur le vif par un jeune homme qui s’est retrouvé sur les barricades aux côtés des Hongrois, ce texte aurait dû paraître dans le numéro d’Esprit de décembre 1956 intitulé « Les flammes de Budapest ». Il garde aujourd’hui une impressionnante force, qui témoigne que la lucidité n’était pas impossible sur le moment.

Jean Magnard est né le 15 décembre 1932 à Annonay de souche ardéchoise. Après des études secondaires au Maroc du fait de la guerre, il rêve d’une carrière au Quai d’Orsay, fait l’apprentissage des langues (anglais, allemand, espagnol), puis suit le cursus de l’École des langues orientales, dont il sort diplômé en russe, polonais et hongrois, justement en 1956. Disposant, à ce titre, de visas pour séjourner dans les pays de l’Europe de l’Est, il participe en 1956 au Festival de la jeunesse en Pologne. À son retour de Pologne, il apprend les événements survenus à Budapest et décide de rallier la capitale hongroise, où il a déjà séjourné, pour y porter deux valises de médicaments destinés aux blessés de l’insurrection. Laissons ensuite parler le document. Ce texte fut écrit, au sortir de la tourmente, pour la revue Esprit à la demande de Jean-Marie Domenach. Celui-ci l’accueillit avec enthou

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !