Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Quel progrès faut-il mesurer ?

juin 2009

#Divers

Même si la plupart des économistes reconnaissent que le produit intérieur brut (Pib) n’est pas un indicateur de bien-être, il y a bien longtemps que l’opinion en fait un tel usage : nous vivons les yeux rivés sur le taux de croissance du Pib qui est devenu l’indice central de référence non seulement pour qualifier les évolutions de nos sociétés mais également pour comparer les performances de celles-ci au niveau international. Les critiques d’un tel mésusage du Pib, les remises en cause de l’assimilation entre croissance du Pib et progrès ainsi que les propositions d’instruments de mesure complémentaires ou alternatifs1 n’ont, jusqu’à aujourd’hui, pas réussi à provoquer la double réévaluation dont nous avons besoin : revoir en quoi consiste aujourd’hui le progrès d’une société ; réviser les modalités de mesure de celui-ci, s’il est démontré que cela est nécessaire.

Deux événements sont néanmoins susceptibles de faire évoluer les opinions et les conventions qui les étayent. D’une part, le président de la République français a mandaté deux prix Nobel pour réunir une commission chargée de réfléchir sur la mesure de la performance économique et du progrès social (la commission dite Stiglitz doit rendre prochainement son rapport). D’autre part, alors

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !