Dans le même numéro

Pour réussir la transition en Tunisie

mars/avril 2011

#Divers

La Tunisie en a fini il y a à peine un mois avec un régime dictatorial qui aura duré 23 ans. 23 ans de silence complice ! 23 ans de lutte et de combats individuels, de militants « gauchistes » et syndicalistes de base laissés sans relais et sans soutien, abandonnés à la police de Ben Ali et croupissant dans ses geôles. Seuls les militants de défense des droits de l’homme en Tunisie exilés en France (Crldt) et quelques militant(e)s épars(es) venu(e)s d’horizons divers et de petites formations politiques variées se sont acharné(e)s durant ces années de plomb à divulguer l’innommable à deux heures de Paris, sans que les médias occidentaux et les « intellectuels » qui les monopolisent n’aient pu comprendre une seule fois que le martyre de tout un peuple était aussi scandaleux que les causes jugées seules « intéressantes » aux yeux de leur indignation sélective... Ce silence a pesé très lourd. Selon eux, il fallait soutenir ce régime, avec ses 140 000 flics et ses dizaines de milliers de miliciens, pour faire rempart contre l’intégrisme. Combien de fois avons-nous expliqué que ce régime, loin de constituer cet imaginaire rempart, favorisait au contraire l’islamisation de la société ! Il est vrai que, depuis un certain 11 septembre 2001, il était entendu que le seul destin des mondes arabes et musulmans �

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !