Dans le même numéro

Napoléon et la légitimité politique moderne. À propos de Napoléon et l'héritage de la gloire (entretien)

août/sept. 2011

#Divers

À propos de Napoléon et l’héritage de la gloire

Le pouvoir napoléonien s’appuie sur une célébration de la gloire, issue des victoires militaires. Comment cette politique de la gloire s’est-elle construite ? Comment s’est-elle articulée à l’histoire révolutionnaire ? Quel héritage a-t-elle laissé dans la culture politique française ?

Esprit – Comment votre enquête sur la légitimité du pouvoir napoléonien s’inscrit-elle dans la suite de vos travaux sur Charlemagne ?

Robert Morissey – À la fin de mes travaux sur Charlemagne1, je me suis penché sur la question de savoir comment Napoléon s’était servi de l’image de Charlemagne pour se forger une certaine légitimité. J’ai eu l’occasion d’y réfléchir davantage lors d’un séminaire que j’ai mené avec François Furet sur les Misérables, sorte de roman de l’anti-gloire où Jean Valjean se dessine comme une figure inversée de Napoléon. Ces deux faces de la gloire me semblaient traduire un élément essentiel de l’identité française. Au fond, la question

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !