Dans le même numéro

Judaïsme, modernité normative et modernité critique

mars/avril 2008

#Divers

Récemment disparu, le philosophe avait confié dans un livre d’entretiens à paraître les raisons de son retour au judaïsme. Dans l’extrait que nous publions ici, il distingue deux manières dont la tradition dont il se réclame peut se rapporter à la modernité.

Stéphane Mosès est décédé en décembre 2007, à l’âge de 76 ans. Germaniste de formation, il était devenu après Système et révélation (1981), son livre magistral sur l’Étoile de la rédemption de Franz Rosenzweig, un des penseurs les plus estimés de la modernité juive et un excellent connaisseur des auteurs qui la représentent (Walter Benjamin, Franz Rosenzweig, Franz Kafka, Gershom Scholem, Emmanuel Levinas, Paul Celan...). Peu de temps avant sa mort, il avait terminé un livre d’entretiens avec Victor Malka sur son parcours intellectuel et son rapport au judaïsme. Intitulé Un retour au judaïsme, ce livre sort en librairie en mars 2008. Nous publions ici quelques bonnes feuilles tirées du chapitre 4, ce qui est notre manière de saluer et de rendre hommage à Stéphane Mosès.

Stéphane Mosès – Pour le dire en un mot, s’il est vrai que mon parcours s’inscrit dans l

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !