Dans le même numéro

La xénophobie en Amérique, une longue histoire de la peur

mai 2017

#Divers

La xénophobie états-unienne est de retour. Tournée cette fois-ci contre les Mexicains et les musulmans, et portée par l’État. Or ce n’est pas nouveau, bien que souvent oublié : les États-Unis n’ont pas toujours été un pays d’immigration tranquille.

On entend souvent dire en France que les États-Unis sont, par nature, un pays d’immigrés, mais il s’agit de ce que l’on peut appeler une comparaison sauvage : une idée reçue qui sert pour expliquer que la France, elle, n’est pas par nature un pays d’immigrés. Or les deux propositions sont fausses. Il suffit de jeter un coup d’œil au site web du Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris et de voir le film Deux siècles d’histoire de l’immigration en France pour s’en convaincre. De même, l’histoire de l’immigration de masse aux États-Unis est plus tardive, ne commençant véritablement qu’au milieu du xixe siècle, et plus contestée que l’on ne le croit.

À l’indépendance des États-Unis, les origines anglo-néerlando-françaises du nouvel État sont déjà tellement consolidées que l’idée d’une nation « multiculturel

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !