Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

L’utopie mexicaine de Carlos Fuentes

février 2009

#Divers

Carlos Fuentes, né en 1928, est avec Juan Rulfo et Octavio Paz, un des écrivains clés de la littérature mexicaine de la seconde moitié du xxe siècle, un de ceux qui a le plus grand rayonnement sur le continent latino-américain et dans le monde. Fuentes est le plus polémique – plus même que Paz, maître dans l’art du débat d’idées –, le plus critiqué et le plus discuté, celui qui, par sa stature intellectuelle, sa vision du Mexique et ses positions sociales et politiques en Amérique et ailleurs, focalise, tel un paratonnerre, les passions les plus orageuses.

Il est vrai qu’il est plus qu’un écrivain, il est un interprète de notre culture et de notre réalité historique, un porte-parole à la fois lucide et tenace qui prend position dans les forums internationaux sur le respect de la souveraineté des peuples et les droits des émigrés latino-américains aux États-Unis. Sa présence constante dans les médias du monde entier (citons par exemple Le miroir enterré, série télévisée qu’il réalisa pour la Bbc en 1992), son style personnel, intense et théâtral, engendrent parfois de vives réactions dans certains secteurs de l’opinion publique et se mêlent aux jugements que l’on peut porter sur lui comme écrivain. Un tel procédé équivaut à utiliser des arguments ad h

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !