Dans le même numéro

Face à la crise, quelle pertinence pour l'Union européenne ?

juin 2009

#Divers

Dans la crise en cours, que se serait-il passé sans la monnaie unique ? Nous ferions face à une crise qui affecterait non seulement des marchés, des banques et des entreprises, mais aussi des pays entiers, leurs relations au sein de l’Union et l’édifice européen dans son ensemble. Depuis sa naissance, la Communauté n’a jamais connu une tempête de cette ampleur et si à la place de l’euro on avait été en présence du vieux système monétaire européen (le Sme) les marchés auraient exercé une pression telle que le système dans son ensemble ainsi que la stabilité interne de certains pays, financière mais aussi politique et sociale, se serait trouvé menacée. Mais en réalité, l’Europe sans l’euro n’aurait pas été celle du Sme qui l’avait précédée. Plus probablement, elle aurait davantage ressemblé à l’Europe d’avant le Sme, l’Europe des années 1970 en proie à un chaos monétaire qui empoisonnait les relations commerciales et politiques. On peut donc raisonnablement penser que, sans l’euro, la crise aurait donné le coup de grâce à une Union en miettes.

Cela dit, l’Union affronte la crise avec cinq avantages et un sérieux handicap. Premièrement, elle se trouve, aussi grâce à l’euro, dans une situation macroéconomique bien plus �

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements