Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Boiter n'est pas un péché. L'exclusion comme enfermement

décembre 2006

#Divers

L’exclusion comme enfermement

Clinicien dans un centre d’accueil de longue durée, l’auteur livre, à partir d’exemples de parcours de personnes qu’il suit, ses réflexions sur la grande exclusion, la rue, l’errance, les trajectoires qui font perdre les liens de sociabilité. Autant d’allers et venues et d’échecs mais aussi de petits changements aidant à s’en sortir, à « sortir de la rue ».

Boiter, du latin claudicare, marcher en inclinant le corps d’un côté plus que l’autre, ou alternativement de l’un ou de l’autre. Un raisonnement qui boite, qui est défectueux, imparfait (clocher).

« Toto, arrête de tourner, sinon je te cloue l’autre pied. »

Les exclus souffrent dans leur psyché comme dans leur corps. Ils souffrent aussi de n’être pas à l’image de ce que la société attend d’eux et d’être devenus ce que la société a fait d’eux. On ne naît pas exclu, on le devient. L’exclusion est la conséquence d’une action visant à vider une personne, un groupe social d’un lieu, d’une place. J’en fais l’expérience quotidienne en travaillant au centre d’hébergement et de réinsertion sociale de longue durée (C

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !