Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La crise de confiance dans l'Europe

juillet 2010

#Divers

Comment l’échec collectif de la gestion de la crise grecque a-t-il pu se nouer ? Le retournement de la conjoncture économique et la nouvelle stratégie spéculative des marchés ont mis à nu les difficultés de l’Europe. L’impuissance institutionnelle, qui arrange les États, comporte aussi des risques pour un projet au milieu du gué comme la monnaie commune. Peut-on encore trouver une issue qui ne soit pas dictée par les marchés ?

La crise de l’euro est d’abord une défaite intellectuelle. Nous sommes tellement pénétrés par l’idéologie néolibérale que nos neurones sont aussi oxydés que la volonté politique de nos dirigeants. Ce qui nous surprend depuis quelques mois est en effet explicable, à condition de se situer dans la logique de la globalisation. L’Europe a voulu un grand marché sans être consciente des implications que cela entraînait, alors que le monde et que les rapports de force internes et externes se trouvaient, simultanément, bouleversés.

La sortie de crise passe tout autant par une désintoxication des esprits et par une mise en cause de tabous que par des mesures techniques – nécessaires – et des inflexions de politique.

Un doute su

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !