Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Être de son temps

août/sept. 2012

#Divers

Quelle expérience Simone Weil allait-elle chercher à l’usine, sur le front d’Espagne ou à Londres auprès de De Gaulle ? Il ne s’agissait pas pour elle de s’« engager », en se soumettant à un parti ou à une doctrine, mais de chercher la vérité, c’est-à-dire l’« éclat de la réalité », sans lequel, coupé de son temps, le philosophe se complaît dans l’illusion et induit ses contemporains en erreur.

Dans Vie et destin, le romancier Vassili Grossman a décrit l’abaissement moral, inédit par son caractère massif, qui lui paraît comme l’attitude dominante de toute une génération dans la première moitié du xxe siècle :

Une des propriétés les plus extraordinaires de la nature humaine qu’ait révélée cette période est la soumission […] cette extraordinaire soumission des hommes révéla quelque chose de neuf et d’inattendu.

Bien sûr, il y eut des soulèvements, il y eut des sacrifices, quand pour sauver un inconnu, des hommes risquaient leur vie et celles de leurs proches. Mais, malgré tout, la soumission massive reste un fait incontestable.

Que nous apprend-elle ? Est-ce un aspect nouveau et surprenant de la natu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !