Dans le même numéro

Vérité et convocation. L’herméneutique biblique comme problème philosophique

mars/avril 2006

#Divers

L’herméneutique biblique comme problème philosophique

L’herméneutique biblique à laquelle Ricœur a consacré tant d’articles et d’essais est philosophique au sens où elle propose une « récapitulation » des questions soulevées par la philosophie : « Qui parle ? Qui agit ? Qui raconte ? Qui est responsable ? » S’articulant sur les problèmes de la vérité et de l’attestation, elle est indissociable d’un triple cercle herméneutique : le couple Parole/Écriture ; le rapport de ce couple à la Communauté et au Sujet – qui constitue l’aura du texte biblique.

Ricœur s’est toujours défendu de faire intervenir les résultats de ses méditations bibliques dans ses œuvres philosophiques. C’est pourquoi, dans Soi-même comme un autre, il a renoncé à reprendre les deux dernières conférences des Gifford Lectures, les remplaçant par les trois études formant ce qu’il appelle sa « petite éthique ». Il justifie cette décision par un « ascétisme de l’argument » dont le corollaire est le « suspens […] agnostique » dans lequel, au plan strictement philosophique, Ricœur tient la question de Dieu1. Cet ascétisme est requis à ses yeux par la spécificité du texte religieux. Celui-ci exige en effet u

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !