Dans le même numéro

Les trois leviers rhétoriques d’Obama

mai 2009

#Divers

Coulisses de la magie

Un homme parle dans le froid à Washington le 20 janvier 2009. Grand, beau, le front haut. L’orateur, semble inspiré – il prêche ? – on n’a même pas l’impression qu’il lise son texte. Grain de voix de basse ; modulation des phrases. Le nouveau président des États-Unis, sourire aux lèvres, tourne régulièrement ses regards vers la gauche et vers la droite de l’assistance ; ses mains accompagnent discrètement les mots. Chaque atome de la foule – nous, dizaines de millions de spectateurs et de téléspectateurs – se surprend à être « emballé » : la force de conviction qui émane des discours de Barack Obama est déjà devenue un lieu commun.

Quels sont les ressorts de la magie ? Il paraît que les foules sont bêtes et facilement séduites par l’image, par la voix. Ôtons-nous l’image et le son. Lisons le texte, en anglais ou en traduction, dans le secret de notre cabinet. La magie fonctionne encore.

Sylvie Laurent, dans un article publié dans le numéro de décembre 2008 d’Esprit a examiné la force oratoire du nouveau président américain. Son analyse met l’accent sur les « emprunts à la tradition pastorale et aux

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !