Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

LES CONFÉRENCES DE MORTEROLLES

mai 2011

#Divers

Il y a des historiens qui cultivent l’inattendu : Alain Corbin en est un exemple particulièrement inventif. Toujours soucieux de valoriser les cultures orales et de valoriser les sources orales qui ne se trouvent pas dans des archives, il a pris dans ce dernier ouvrage le parti de la fiction. Comment faire entendre au contemporain les dix conférences « introuvables » prononcées de décembre 1895 à février 1896 par M. Beaumord, l’instituteur de Morterolles (une commune du Limousin, un petit village de la Haute-Vienne de 643 habitants), devant un public régulier de 150 personnes ? L’historien a décidé de les écrire lui-même et à sa manière en s’appuyant sur des documents lui permettant de se familiariser avec le village, l’instituteur et son public. Si la salle de classe ouverte à la population est l’occasion de s’avancer sur le terrain du savoir (à commencer par celui de l’agriculture) et de saluer les valeurs de la république, le plus surprenant est la présence dans ces conférences d’héroïnes inattendues chez le républicain (voir le double éloge de Charlotte Corday et de Jeanne d’Arc), la défense de la colonisation (voir la description de la campagne militaire à Madagascar) mais aussi la « brutalisation de l’esprit des enfants ». Celle-ci ne laisse pas indifférent Alain Corbin qui y voit une conséquence de la défaite de 1870 et l’annonce de la violence des tranchées durant la Première Guerre mondiale (l’amicale des anciens élèves, créée par M. Beaumord, pra

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Flammarion, 2011
208 p. 19 €