Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Les existences moindres

juin 2017

#Divers

David Lapoujade consacre une monographie à l’œuvre d’Étienne Souriau (1892-1979), professeur de philosophie à la Sorbonne et pionnier de la filmologie en France (il dirige la thèse du cinéaste Éric Rohmer). Tout être se distingue selon Souriau par une « manière d’être » propre. Ces « modes d’existence » vont de la « présence éclatante du phénomène » à son inexistence, en passant par la virtualité et la fiction, chacun d’eux représentant un « art d’exister ». Sa pensée de l’art témoigne de ce « pluralisme existentiel » pour en préserver les formes les plus fragiles, le geste esthétique intervenant comme « intensificateur ». Cette démarche inscrit Souriau dans les pensées de la multiplicité et du devenir (Gilles Deleuze, Bruno Latour). En lisant ses travaux, Lapoujade (ré)apprend à voir, c’est-à-dire à « sympathiser » avec les phénomènes. Il considère l’art comme « captation et composition d’hétérogènes », de corps impurs et inessentiels, que travaillent « des verbes qui affectent tous les modes d’existence : apparaître, disparaître, réapparaître ». Manière de « rendre plus réel ce qui existe ».

L.C

Éditions de Minuit, 2017
96 p. 13,50 €