Notes de lecture

Se défendre

Une philosophie de la violence

January 2018

#Divers

Violences policières, harcèlement sexuel : des deux côtés de l’Atlantique, ces débats ont refait surface au cours des dernières années. Les meurtres de jeunes hommes noirs par des membres des forces de l’ordre ont provoqué de nombreuses manifestations aux États-Unis et mené à la création du mouvement Black Lives Matter ; en France, l’« affaire Théo », les manifestations de policiers et le vote de lois renforçant la légitime défense (loi de sécurité publique de février 2017) ont également contribué à mettre en avant la question de la « légitimité » de la violence exercée par l’État. La marche des femmes de Washington, puis l’affaire Weinstein et ses répercussions ont quant à elles mis sur la place publique le harcèlement quotidien subi par les femmes et la culture du viol qui banalise un certain nombre d’agissements. Dans les deux cas, on parle de violence sur des corps jugés sans défense. Les jeunes hommes racisés sont vus comme a priori dangereux, violents, agressifs. La violence à leur encontre est donc présentée comme nécessaire, défensive, face à une menace qui ne dépend

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Zones, 2017
200 p. 18 €

Elsa Dorlin

Professure de philosophie à l'Université Paris 8, Elsa Dorlin a notamment publié Se défendre. Une philosophie de la violence (La Découverte, 2017).