Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

ANTHROPOLOGIE DE LA GLOBALISATION

mai 2008

#Divers

Anthropologue de terrain en Afrique, ancien animateur de la revue Dialectiques, auteur de nombreux ouvrages sur la politique rédigés dans un esprit « ethnologique » (sur le Parlement européen par exemple), introducteur de l’œuvre majeure d’Arjun Appadurai en France, Marc Abélès se propose ici d’attirer l’attention sur la place de l’anthropologie à l’heure de la globalisation. L’auteur préfère le terme de globalisation à celui de mondialisation, ce dernier étant récusé en raison de son acception strictement économique. En effet, la globalisation rappelle, nouvelles technologies aidant, que nous sommes toujours déjà pris, immergés dans des flux et que ceux-ci prédominent sur les appartenances locales, alors que la thèse du « glocal », par exemple, se conten­te de prendre la mesure de l’équilibre nécessaire entre les deux échelles du local et du global. Dès lors, la tâche de la discipline anthropologique est de décrire et d’évaluer la manière dont les flux divers s’inscrivent dans le local et les réactions qu’ils provoquent. Si le livre est un appel non déguisé au réveil disciplinaire de l’anthropologie, ce qui n’est pas sans signification au pays de Claude Lévi-Strauss et de Louis Dumont, l’auteur est conscient que la discipline est mal en point, puisqu’elle est reléguée à la marge des sciences humaines et de moins en moins enseignée, alors même qu’elle a plus de sens que jamais à l’heure de la globalisation.

O. M.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Payot, 2008
288 p. 21,5 €