Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Flux d'actualités

Les deux sources de la culture arabo-islamique (1/2)

juin 2013

#Divers

La littérature arabe se fera-t-elle un jour une place dans la culture française (et européenne) [1]? Après avoir été le domaine réservé des spécialistes, la littérature arabe devient peu à peu visible dans les bibliothèques et l’apparition d’éditions bilingues est le signe de l’émergence d’un nouveau public qui lit ou veut lire l’arabe [2].

 

Cette littérature ne faisait, pour nous, pas partie de la « Grande Culture ». Elle se résumait à peu près exclusivement aux Mille et une nuits, recueil révélé à l’Europe grâce à la traduction d’Antoine Galland (1704-1717) et que l’on n’a cessé de traduire et de retraduire depuis trois siècles[3]. Sa diffusion en Europe est un phénomène extraordinaire et fascinant puisque, jusqu’à maintenant, il constitue l’image même que l’on se fait de cette entité elle-même mal définie qu’est censée être « l’Orient ». Dans le premier volume de l’Histoire des Littératures de l’Encyclopédie de la Pléiade, publié en 1955, Raymond Schwab, auteur d’un remarquable ouvrage consacré à La Renaissance orientale (Schwab, 1950), présente le « Domaine oriental ». Cet « Orient », qui correspond à « une Asie prolongée par ses fiefs d’appartenance et d’esprit, l’Egypte et le Maghreb », constitue pour l’auteur un ensemble cultu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !