Flux d'actualités

Francis Jeanson et Esprit

2. Désaccords sur les stratégies anticoloniales

mars 2012

#Divers

La relation entre Francis Jeanson et l’Algérie débute pendant la Seconde guerre mondiale quand le jeune bordelais s’est retrouvé à Alger, déserteur de l’armée giraudiste et en attente de son enrôlement dans les troupes gaullistes. A cette époque, il ne voit rien de la situation des Algériens, le contexte de lutte contre l’ennemi nazi ne lui permet pas d’appréhender cette réalité-là, totalement occultée. Jeanson retourne en Algérie de septembre 1948 à mai 1949, après son mariage, en juin 1948, avec Colette Johnson. Ce voyage de noces prolongé se déroule dans des conditions précaires . Sans travail, le couple vit d’expédients: Francis anime des conférences[1] à Alger sur la philosophie sartrienne et donne des cours particuliers. Les Jeanson ont des contacts avec la population locale. De fil en aiguille, ils prennent conscience de la situation des musulmans et de leurs aspirations grâce à leurs discussions avec des nationalistes modérés, comme Ferhat Abbas. A peine rentré en France, Jeanson est invité par le Centre Régional d’Art Dramatique d’Alger à donner une série de conférences sur le théâtre sartrien dans plusieurs grandes villes d&rsquo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !