Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Onoda © Bathysphere
Onoda © Bathysphere
Flux d'actualités

Des films historiens

La production cinématographique de l'année 2021 fait montre d'un goût prononcé pour l'histoire, qui traduit sans doute une franche curiosité des scénaristes pour ce qui nous est étranger, ainsi que le désir d'aborder notre époque par le détour d'une autre. Comment ces intérêts s'articulent-ils et comment contribuent-ils à bousculer la vision que l'on peut avoir de notre passé ou de notre présent ?

Quatre films de 2021 témoignent d’un goût remarquable pour la discipline historique, d’une curiosité pour la spécificité d’une époque, d’un contexte, non sans une capacité de « montée en généralité ». S’y révèlent différentes manières d’articuler l’attention au particulier, avec la prise en compte d’une distance entre hier et aujourd’hui, et la faculté d’adopter une vision englobante au moyen d’échos et de rapprochements.

Onoda – 10 000 nuits dans la jungle, une exploration méthodique

Il est tentant, devant Onoda – 10 000 nuits dans la jungle (Arthur Harari, 2021), de sauter par-dessus le particulier pour considérer sans attendre la méditation d’ordre général, sur le rapport de l’homme à la nature, à la guerre, à l’autre… Tentant (le film, altier, s’y prête), mais peut-être dommageable. Parce qu’à l’évidence, Arthur Harari n’est pas sans idées aussi sur le plan de l’histoire. On peut notamment admirer comme il décrit un établissement d’élite japonais dans les années 1930 et 1940 : comment étaient alors éduqués les enfants des classes supérieures ? Qu’en déduire sur ce qu’on qualifiera, pour aller vite, de psychologie d’une nation ? Sans être explicite, est posée la question des conséquences de cette instruction sur les futurs dirigeants, que le cinéaste n’accable pas, dont il montre les vertus, mais dont il souligne aussi les cer

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !