Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Nahel Abdul Hadi via Unsplash
Dans le même numéro

L'imaginaire pirate de la mondialisation

juillet 2009

Le pirate incarne une nouvelle manière d’être dans un monde devenu liquide : désigné comme la menace montante par le discours sécuritaire, il est aussi l’emblème de la dissolution de l’emprise des règles de droit devant la liquidité des échanges. Les paradis fiscaux sont le terminus ad quem d’un nouveau voyage : celui des pirates enrichis, qui quittent la terre des États et ses contraintes.

Qu’il s’agisse de la piraterie aérienne et donc du terrorisme, du « piratage informatique » ou, hier, des radios pirates, de la biopiraterie1, des paradis fiscaux et des centres off shore, ou encore des virus opportunistes qui parasitent notre organisme et se propagent comme des passagers clandestins : le pirate marque incontestablement l’imaginaire contemporain de la mondialisation. Il nous permet de représenter à la fois les nouvelles dimensions du monde ainsi que sa philosophie politique implicite. Il incarne une nouvelle manière d’être dans un monde devenu liquide2. Dans un univers de flux, l’on craint et l’on admire en même temps ces êtres insaisissables. Le pirate échappe à tout, y compris à toute définition trop terre à terre : il est autant brigand que justicier, individualiste que communiste, exclu que refondateur, terroriste que résistant ; et pour cause, car ce qui le définit c’est d’abord la mer, cette étendue infinie, sans forme, qui se referme aussitôt sur toute trace, cet univers de risque et de prise.

La piraterie est indissociable de la mondialisation des flux marchands, c’est-à-dire de la formation aux xviie et xviiie siècles d’un monde maritime transatlantique3,

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Antoine Garapon

Magistrat, juge pour enfants, il a fondé l'Institut des Hautes Etudes sur la Justice (IHEJ), où il observe les mutations de la place du droit dans nos sociétés. Il anime sur France culture une émission consacrée à la pensée juridique, « Le Bien commun ». Il a développé sous le même nom une collection d'ouvrages, aux éditions Michalon, qui permettent de présenter des auteurs qui, sans être…

Dans le même numéro

L'imaginaire pirate de la mondialisation
Anthropologie de la flibuste et théologie radicale protestante
Pirates en réseau : détournement, prédation et exigence de justice