Dans le même numéro

L'universel dans le particulier ?

septembre 2017

#Divers

La tour Eiffel, les Petit et Grand Palais et le pont Alexandre-III s’imposent encore aujourd’hui comme les vestiges d’une époque où la France débordait d’ambition et d’imagination pour briller aux yeux d’un monde qui la regardait. Ces constructions extraordinaires, qui furent entreprises lors des expositions universelles, donnaient corps et structure à l’idée que l’on se faisait du progrès… en France. Avant la fin du mois, elle remettra son dossier de candidature pour l’organisation de l’exposition universelle de 2025. La métropole du Grand Paris y voit déjà l’opportunité de célébrer à nouveau l’esprit d’universalisme hérité des Lumières, dont nous, Français, aimons à nous revendiquer garants. Le thème retenu le rappelle d’ailleurs : « La connaissance à partager, la planète à protéger. » Il sonne d’avance comme le refrain que les dirigeants politiques entonneront pour souffler les dix bougies de l’accord de Paris, conclu en décembre 2015.

Une exposition universelle, organisée du 10 juin au 10 septembre à Astana, au Kazakhstan, s’achève pourtant sans avoir vraiment marqué nos esprits universalistes. Le thème, « L’énergie du futur », aurait pu (dû ?) intéresser l’opin

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

AUTHIER Marc-Antoine

Dans le même numéro

Ce dossier politique prend acte de la rupture introduite par l’élection d’Emmanuel Macron et formule certains paris sur l’avenir de la représentation politique, l’école et l’Etat de droit. La France, selon Anne-Lorraine Bujon et Antoine Garapon, peut devenir un laboratoire démocratique par le réveil de son esprit civique dans ce moment de transition. Lire aussi les pérégrinations de Montaigne en Irak et l’exception espagnole à l’âge de la régression.