Dans le même numéro

Introduction. L’ange radiophonique

Décédé en décembre 2003, Daniel Arasse savait faire partager sa passion de la peinture, comme il l’a fait durant l’été 2003 pour la radio. Il savait aussi changer l’approche de tableaux tellement connus qu’on ne sait plus les voir. Se plaçant ni trop près ni trop loin des œuvres, entre le commentaire érudit et l’observation muette, il trouvait la juste distance pour voir « se lever la peinture ».

Ainsi les tableaux vus de trop loin et de trop près. Et il n’y a qu’un point indivisible qui soit le véritable lieu. Les autres sont trop près, trop loin, trop haut ou trop bas. La perspective l’assigne dans l’art de la peinture, mais dans la vérité et la morale qui l’assignera ?

Pascal, Pensées, Lafuma, 21

J’ai eu avec Daniel Arasse et Stanislas Breton presque la même et dernière conversation téléphonique – et elle portait sur le Noli me tangere (« Ne me touche pas ») : l’apparition du Christ à Marie-Madeleine. Quoi de commun entre l’historien, théoricien et critique d’art, d’un côté, le penseur-théologien, de l’autre ? Une même méfiance à l’égard d

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !