Dans le même numéro

Les partis politiques : la fin d'un cycle historique

août/sept. 2013

#Divers

Avant l’ère moderne, les partis étaient des coteries, des factions au service de la conquête du pouvoir par un homme. Avec l’avènement du suffrage, ils s’organisent, se structurent autour d’idées, de programmes visant à donner des réponses aux interrogations des sociétés, et tentent de fédérer les intérêts de groupes divers pour accéder au pouvoir. Mais avec la mondialisation et la fragmentation des sociétés contemporaines, ce modèle semble radicalement remis en cause.

Le parti politique apparaît comme un témoin du fonctionnement des sociétés humaines, situé à l’articulation entre les peuples et le pouvoir et permettant d’évaluer la nature de celui-ci. Or c’est ce lien fondamental que l’évolution contemporaine de l’univers mondialisé paraît rompre, conduisant à s’interroger sur la pérennité de partis politiques dont les structures comme les fonctions paraissent en discordance par rapport aux réalités du monde contemporain.

Un phénomène historique inscrit dans la longue durée

Aux origines, des coteries unies pour la conquête du pouvoir

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !