Dans le même numéro

Deux poids, deux mesures ? La justice française face aux discours islamophobes

octobre 2015

#Divers

La justice française face aux discours islamophobes

Contre l’idée d’une justice qui ferait du « deux poids, deux mesures », l’examen des arrêts de la Cour de cassation relatifs aux discours de haine entre 1972 et 2012 montre que les discours islamophobes sont tout autant réprimés que les autres discours racistes. Sur la base de la loi de 1972 contre le racisme, la plus haute cour française considère que l’humour n’excuse pas toutes les provocations, mais que la liberté des discours politiques doit être protégée.

Au cours des dernières années, certaines affaires de justice très médiatisées ont pu faire penser que le système judiciaire français appliquait un système de « deux poids, deux mesures » en évitant de condamner les discours islamophobes. En 2002, l’accusation d’injure envers les musulmans n’a pas été retenue contre Michel Houellebecq pour avoir affirmé : « La religion la plus con, c’est quand même l’islam. » En 2007, la publication des caricatures de Mahomet, qui aux yeux de certains dépeignaient les adeptes de l’islam comme des terroristes, n’a valu aucune condamnation aux rédacteurs de Charlie Hebdo. Parmi la dizaine de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !