Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La théorie de la civilisation d’Ibn Khaldûn est-elle universalisable ?

février 2009

#Divers

Historien précurseur de la sociologie et de la philosophie de l’histoire, Ibn Khaldûn (1332-1406) peut-il encore nous aider à penser les relations entre civilisations à l’heure de la mondialisation ? En mettant en avant le conflit entre unité et diversité, la perfectibilité de la civilisation mais aussi sa corruptibilité, il peut nous aider à nous défaire d’une croyance naïve dans le progrès ou de la crainte de l’homogénéisation du globe.

Ibn khaldûn (1332-1406) a réfléchi sur le monde et l’histoire, à la fois en philosophe et en historien. Partant d’une définition de l’homme, de la société et de la civilisation dans leur essence, il a tenté de dégager les conditions a priori de l’existence humaine sur terre et, partant, du fonctionnement des sociétés et de l’évolution de la civilisation.

Cette approche universaliste, il l’a peut-être menée d’une façon plus systématique qu’aucun autre historien. Toutefois sa pensée, fondée sur les données historiques et les connaissances scientifiques disponibles à son époque et en même temps sur l’observation directe de la société où il vivait, dénote également une inspiration pragmatique et réaliste au sens général. Jusqu’à quel point sa vision de la socié

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !