Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Herméneutique et psychanalyse. Ricœur lecteur de Freud

mars/avril 2006

#Divers

Ricœur lecteur de Freud

La lecture de Freud constitue un « ébranlement considérable » pour le philosophe. Mais pour Paul Ricœur, un tel ébranlement aidait à penser un « cogito brisé ». L’Essai sur Freud est tout entier consacré au rapport entre sens et force, discours et désir, mis en scène par la psychanalyse. L’insistance sur le fond pulsionnel de la subjectivité, qui est le véritable motif de la brouille avec Lacan, constitue pour Ricœur un véritable défi adressé à l’herméneutique.

C’est de son propre aveu quelque chose comme le « goût de l’extrême1 » qui a mené Ricœur à une lecture méthodique et approfondie de Freud au début des années 1960. C’était un risque à plus d’un titre. D’abord, Ricœur était attendu au tournant par tout le milieu psychanalytique, le bruit s’étant répandu qu’il préparait un livre sur la psychanalyse. À leur grande déception, Lacan et ses disciples ont vu arriver en 1965 un essai sur Freud, De l’interprétation, qui replaçait la question de l’énergétique au cœur de la problématique psychanalytique, au détriment bien sûr de l’approche structuraliste axée sur l’importance du langage. La riposte des lacaniens a plus brillé par sa violence que par sa p

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !