Dans le même numéro

L'axe Riyad-Abou Dhabi

septembre 2017

#Divers

Depuis le 5 juin 2017, un ensemble formé de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis (Eau), du Bahreïn et de l’Égypte a engagé un bras de fer avec le Qatar2. À cette date, ces quatre pays ont rompu leurs relations diplomatiques avec l’émirat, qu’ils accusent de soutenir le terrorisme et de participer à diverses entreprises de déstabilisation aux côtés de l’Iran. Plus encore, Riyad, Abou Dhabi et Manama ont fermé leur espace aérien et maritime ainsi que la seule frontière terrestre qui relie le Qatar au royaume saoudien.

C’est en réalité la politique étrangère du Qatar qui est en cause et notamment le soutien de Doha aux courants des Frères musulmans, qui se sont imposés ou menaçaient de le faire lors de la vague des « printemps arabes » déclenchée au début de la décennie 2010. Pour Riyad cependant, les griefs remontent à 1996, lorsque le cheikh Hamad Bin Khalifa al Thâni succède à son père, un proche allié des Saoudiens, après l’avoir évincé le 25 juin 1995. Il inaugure alors une diplomatie énergique avec son outil médiatique, la chaîne satellitaire al-Jazeera, qui mettra en scène des opposants de tous bords de tous les pays arabes, à l’exception notable du Qatar, s�

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Fatiha Dazi-Héni

Politologue spécialiste de la péninsule arabique, Fatiha Dazi-Héni est maître de conférences à Sciences Po. Elle est l'auteure de L'Arabie Saoudite en 100 questions (Talliandier, 2018) et Monarchies et sociétés d'Arabie : le temps des confrontations (Presses de Sciences Po, 2006).

Dans le même numéro

Ce dossier politique prend acte de la rupture introduite par l’élection d’Emmanuel Macron et formule certains paris sur l’avenir de la représentation politique, l’école et l’Etat de droit. La France, selon Anne-Lorraine Bujon et Antoine Garapon, peut devenir un laboratoire démocratique par le réveil de son esprit civique dans ce moment de transition. Lire aussi les pérégrinations de Montaigne en Irak et l’exception espagnole à l’âge de la régression.