Jamal Khashoggi, source : wikimedia
Dans le même numéro

La monarchie saoudienne et l'affaire Khashoggi

Le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre 2018 rappelle les plus sombres épisodes des pouvoirs néo-­sultaniques du Moyen-Orient[1]. Plutôt que de l’interpréter comme une dérive devenue la marque de fabrique d’un pouvoir despotique comme celui de Saddam Husseïn et de ses fils Houdaï et Qoussaï, dans les années 1990[2], ne faut-il pas voir dans les effets déjà visibles de « l’affaire Khashoggi » sur la monarchie saoudienne et son prince héritier, Mohammed Bin Salman (MBS), un cas d’école semblable à ce que fut « l’affaire Ben Barka », pour la monarchie alaouite sous Hassan II, en octobre 1965 ?

Une tradition dynastique

Jamais le régime monarchique saoudien ne s’était illustré par de telles violences pour contraindre au silence une voix dissidente, même si les arrestations et pressions sur les opposants ont toujours eu cours[3], en contraignant plus d’un à l’exil. On compte aussi plusieurs cas d’enlèvements de membres de la famille royale, dont la punition était ensuite réglée à titre privé. Le roi Salman avait

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Fatiha Dazi-Héni

Politologue spécialiste de la péninsule arabique, Fatiha Dazi-Héni est maître de conférences à Sciences Po. Elle est l'auteure de L'Arabie Saoudite en 100 questions (Talliandier, 2018) et Monarchies et sociétés d'Arabie : le temps des confrontations (Presses de Sciences Po, 2006).

Dans le même numéro

Fausses nouvelles, désinformation, théories du complot : les vérités sont bien fragiles à l’ère de la post-vérité. Les manipulations de l’information prospèrent dans un contexte de défiance envers les élites, de profusion désordonnée d’informations, d’affirmations identitaires et de puissance des plateformes numériques. Quelles sont les conséquences politiques de ce régime d’indifférence à la vérité ? Constitue-t-il une menace pour la démocratie ? Peut-on y répondre ? A lire aussi dans ce numéro : un dossier autour d’Achille Mbembe explorent la fabrication de « déchets d’hommes » aux frontières de l’Europe, des repères philosophiques pour une société post-carbone, une analyse de ce masque le consentement dans l’affaire Anna Stubblefield et des recensions de l’actualité politique, culturelle et éditoriale.

 

Pour aller plus loin, découvrez une sélection d'articles publiés dans Esprit depuis 1949 sur les liens entre Vérité et politique