Dans le même numéro

Introduction. Penser les catastrophes

mars/avril 2008

Notre temps semble être celui non pas seulement de « la » mais des catastrophes, climatiques, économiques ou politiques, sociales ou médicales. Cette diversité de catastrophes non seulement nous oblige à les prendre en considération mais nous permet également de les penser et de mesurer les différents usages politiques qui en sont faits. C’est le défi que le « groupe 2040 » s’est lancé. À partir d’une rencontre à Esprit entre Jean-Pierre Dupuy et Frédéric Worms, discussion qui s’est poursuivie autour du micro du Bien commun à France-Culture, ce groupe s’est constitué en réunissant aussi bien des scientifiques que des philosophes, des anthropologues et des juristes. Pour relever ce défi, il a adopté la méthode des cas en approchant chaque catastrophe, sous un angle triple : celui des faits, celui des modèles (pour la penser), celui des enjeux, notamment éthiques, politiques, historiques.

Le temps des catastrophes n’est pas un temps comme les autres. Il importait de l’indiquer d’abord quant à l’avenir, qu’il dessine et qu’il menace de limiter. Nous avons choisi 2040 parce que cette année devrait marquer, à en croire certains experts, un tournant dans de mul

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !