Dans le même numéro

L'alternaturalisme. Comment travailler le naturalisme de l'intérieur

janvier 2015

#Divers

Comment travailler le naturalisme de l’intérieur

L’opposition entre naturalisme (l’appel aux faits, au réel, à la nature) et constructivisme (il n’existe que des constructions sociales), bien que récurrente, a quelque chose de stérile dans le débat contemporain. Il faut donc travailler le naturalisme de l’intérieur, s’appuyer sur les crises théoriques qui traversent la biologie, pour parler de la continuité entre humains et non-humains, pour interroger la notion biologique de « sexe » à l’aune de la critique féministe...

À l’intersection de ce que Charles Percy Snow appelle les « deux cultures », ou, comme on dit en plaisantant, à l’intersection des sciences « humaines » et « inhumaines », des sciences « dures » et « molles », on trouve le « naturalisme », complexe et polysémique. En première approche, on désigne par là une manière de traiter les choses, notamment humaines : non « comme un empire dans un empire » aurait dit Spinoza, mais en faisant comme si elles étaient naturelles, c’est-à-dire (mais l’équivalence est problématique) physiques. Le naturalisme serait donc cette attitude qui, par principe, prend la « n

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !