Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La Suisse dans la crise financière

juillet 2010

#Divers

La Suisse a mieux supporté la crise financière de 2008 que ses conséquences politiques et institutionnelles sur le système national. La bonne santé économique générale du pays, en particulier son faible endettement, a permis de limiter les chocs directs. En revanche, la structure de l’industrie bancaire a dévoilé de redoutables inconvénients : deux banques, Ubs et Crédit suisse, ont atteint des dimensions telles qu’en cas de crise grave, la petite Suisse peut ne pas être en mesure de leur porter secours et se retrouver entraînée tout entière dans leur éventuelle faillite. En 2007 déjà, le vice-président de la Banque nationale avait averti des risques encourus par les banques, en particulier par les plus grandes, si elles n’augmentaient pas leurs fonds propres et si elles continuaient de se comporter comme si rien ne pouvait leur arriver. Discours prémonitoire : en avril 2008, l’Ubs était prise dans le filet des subprime avec en plus une accusation par les autorités américaines d’avoir incité ses clients à frauder le fisc. La crise américaine de l’Ubs allait devenir la crise financière et politique de la Suisse.

Accord sous contraintes

En octobre 2008, le gouvernement a adopté, à la suite de l’Europe, un paquet de mesures de stabili

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !