Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La pornographie, outil d'oppression ?

octobre 2013

#Divers

Féministes « abolitionnistes » et féministes « pro-sexe » s’opposent sur la question de la pornographie. Pour les premières, elle constitue une atteinte à la dignité des femmes ; pour les secondes, elle peut contribuer à mettre en avant des sexualités alternatives. Comment faire la part de l’influence, directe et indirecte, de la pornographie sur les représentations et les comportements qui en résultent ?

Depuis son apparition sous forme littéraire ou iconographique dans l’Antiquité, la pornographie a été souvent contestée ou interdite. Longtemps, elle n’a concerné principalement que certaines marges de la société. Au xxe siècle, le relâchement du contrôle exercé sur les mœurs et le développement du cinéma puis de la télévision ont considérablement élargi son espace social de diffusion. L’interdiction religieuse et le recours très flou à l’atteinte aux bonnes mœurs1 ne suffisant plus, la demande d’encadrement strict ou d’interdiction de la pornographie cherche alors à s’appuyer sur une argumentation philosophique. Dans cette nouvelle manière de formuler les normes, le statut de la femme est progressivement pris en compte, et la question de la pornographie devient un objet de débat au sein même des mouvements féministes

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !