Dans le même numéro

Grand Paris. Les lignes de force d’un paysage mouvant

octobre 2008

Le Grand Paris représente un « pari » qui implique de nombreux acteurs politiques et des institutions aux intérêts divergents (mairie de Paris, communes, intercommunalités, départements, région, État) qui sont actuellement dans l’attente, voire sur la défensive. Au-delà des aspects partisans, il faut mettre en scène des rapports de force qui ne datent pas des interventions de Nicolas Sarkozy sur le sujet.

Le plus étonnant dans cette affaire du Grand Paris est sa soudaine cristallisation comme question politique et médiatique, obligeant chacun à se positionner, alors que, jusqu’il y a peu, la prudence était de mise chez beaucoup d’acteurs politiques. L’inscription à l’agenda politique présidentiel joue évidemment un rôle décisif. Mais des facteurs plus profonds étaient à l’œuvre. Ce sont eux que nous tenterons ici d’analyser, d’abord en retraçant l’histoire politique du Grand Paris, ensuite en analysant les forces en présence, enfin en pointant quelques tendances de fond destinées à perdurer quels que soient le(s) schéma(s) politico-institutionnel(s) retenu(s).

On pourrait partir de la « préhistoire d’une ambition

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !