Dans le même numéro

Vie urbaine et temps communs

décembre 2014

#Divers

Les politiques temporelles ont une histoire déjà assez ancienne, qui remonte aux années 1950. Mais alors qu’au départ elles se fondaient principalement sur l’aménagement des horaires dans un but économique (réduire les embouteillages, supprimer les « temps morts »), elles ont pris une dimension plus large d’articulation des temporalités pour faciliter la vie des citoyens même si elles restent trop peu reconnues.

Depuis une vingtaine d’années, le thème des temporalités s’invite dans les réflexions sur les espaces urbains. La globalisation, l’individualisation généralisée, les mutations du travail, l’étalement urbain, la division fonctionnelle des espaces, les technologies de l’information et de la communication sont pointés du doigt comme les causes majeures des problèmes rencontrés. Les individus sont, en effet, directement confrontés à la difficulté d’articuler les différents temps de la vie quotidienne, à maîtriser l’accélération des rythmes de vie, à réagir à la sensation d’un manque de temps et au sentiment d’urgence1.

Cette articulation des temps urbains relève d’un choix de soci�

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !