Dans le même numéro

L'éthique du climat. Entretien

janv./févr. 2018

#Divers

L’éthique des sciences face aux changements climatiques repose sur les principes de justice, de durabilité et de solidarité. Il reste à reconnaître la nature transversale des enjeux écologiques et à diffuser les connaissances acquises auprès d’un large public.

Vous présidez la Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (Comest) de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). Comment définiriez-vous les principes d’une éthique des sciences face aux dérèglements climatiques ?

L’Unesco a adopté le 13 novembre 2017 la Déclaration de principes éthiques en rapport avec les changements climatiques1. Un certain nombre de principes éthiques importants y sont énoncés afin de guider la prise de décision politique et d’orienter les politiques publiques transversales des pays de la planète. Parmi ces huit principes éthiques, la Déclaration met l’accent sur les liens qui unissent la justice, la durabilité et la solidarité.

Les solutions aux changements climatiques doivent ainsi s’adresser en priorité aux groupes les plus vulnérables dans les pays en développement et les pays développés, exprimant ainsi la solidarité humaine universelle. Cependant, cette solidarité doit aussi se manifester auprès des éc

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marie-Hélène Parizeau

Marie-Hélène Parizeau est professeure titulaire à la faculté de philosophie de l’Université Laval et y enseigne la philosophie morale et l’éthique appliquée. Elle a écrit plusieurs articles et dirige la collection « Bioéthique critique » aux Presses de l’Université Laval. Elle dirige le Groupe de recherche en éthique médicale et environnementale et est membre du COMEST de l’UNESCO.…

Dans le même numéro

Devant la pression sur les ressources naturelles, le projet écologique est le seul qui fasse durablement monde. Ce dossier appelle à un approfondissement de la solidarité et souligne l’urgence d’une transformation de l’Etat, de nos sociétés, de nos concepts politiques et de nos imaginaires.