Dans le même numéro

Don et sacrifice en cancérologie

La prise en charge des patients atteints de cancer, très organisée, ne traduit pas seulement des impératifs thérapeutiques : à la rationalité médicale se mêle aussi, du côté des patients comme de celui des professionnels, une relation complexe de don et de sacrifice, qui rend difficile la discussion sur l’escalade thérapeutique.

La lutte contre le cancer, devenue cause nationale, mobilise presque tous les acteurs de santé et consomme des ressources considérables. Les prévisions à moyen et long terme justifient ce souci : l’incidence de nombreux cancers augmente (comme celle du cancer du sein ou du colon), celle des cancers du poumon semble stabilisée grâce à la prévention qui commence à porter ses fruits au moins dans certaines couches de la population.

Mais, dans la mortalité générale, la proportion de morts due au cancer ne cesse de croître. Nous nous inquiétons donc d’un destin qui nous promet de mourir cancéreux ou de rejoindre la cohorte attendue et redoutée des grands vieillards1. Les progrès en matière de traitement sont certains : des protocoles bien conduits diminuent très significativement le n

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !