Dans le même numéro

Minuit sur le Mexique ?

août/sept. 2008

#Divers

José Angel Avila, de la ville de Fresnillo, a perdu son fils, âgé de 13 ans, le 16 mai dernier, lors d’un duel à l’arme lourde, en plein midi, entre deux bandes de « narcos », hommes de main du trafic de drogue. Le bilan fut de trois civils tués, dont deux enfants. Avila, sans craindre pour sa vie, déclare :

Je ne sais pas quelles conséquences mes paroles auront pour moi, mais peu m’importe, puisqu’ils m’ont pris mon fils. Je veux que le président de la République, les militaires ou quiconque pourrait en finir avec notre cauchemar le sachent : cela fait des mois que les « Z » [un groupe de tueurs à la solde des trafiquants] sont ici. Le gouverneur les a laissés entrer et maintenant il est impuissant contre eux quand ils tuent des innocents. Si le gouvernement [de l’État de Zacatecas] ne peut rien, alors qu’il demande l’intervention de l’armée.

Hier, 3 juillet, à Culiacán, capitale de l’État de Sinaloa, trois cadavres décapités et mutilés ont été trouvés dans le coffre d’une voiture, avec un serpent décapité et des messages de menaces. Une des victimes était un ancien chef du groupe Centaure, spécialement créé pour lutter contre les « narcos », officier de police mis à pied en septembre dernier et accusé de corruption,

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !